« Ma levée de 3 millions, je la boucle en 1 mois ! »

Maéva Joalland Tips Angels Santé

Cela fait sourire voire sourciller plus d’un investisseur. Pourtant cette phrase revient inlassablement de la part de start-uppers à qui les investisseurs demandent quand est prévu leur closing. En Europe, le financement en amorçage prend généralement 3 à 12 mois. Et pour boucler 3 millions, mieux vaut connaître les rouages, être réaliste sur les délais et à l’écoute des investisseurs qui ont plus de raisons de vous dire non que oui.

Dans ce billet, Angels Santé rappelle le B-A-BA de ce passage obligé, avec quelques conseils à la clé.

Connaître son QQOQCP

Si vous êtes capables de synthétiser vos atouts, vos objectifs, démontrer votre valeur ajoutée, l’adéquation de votre produit avec le marché et des données d’efficacité, le tout dans une présentation convaincante avec un plan de financement clair, alors vous êtes prêts pour l’étape suivante ! Cela revient à connaître son QQOQCP : Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? 

Reste à le présenter en parlant le langage de ses investisseurs : sortie, ROI, valorisation, etc…

Faire ses devoirs

Si vous êtes une start-up en phase d’amorçage cherchant du financement dilutif, vous devrez probablement contacter des réseaux de Business Angels, des fonds d’investissement en amorçage et peut-être même des fonds corporate nationaux, voire internationaux. 

Chacun aura sa stratégie d’investissement avec des critères de sélection vis-à-vis de :

  • Votre emplacement géographique
  • Votre stade de développement
  • Le montant de votre ticket
  • Le délai de la sortie
  • La verticale
  • La taille du fond et son cycle d’investissement

Mieux vaut donc éviter de gaspiller vos cartouches, votre temps et votre énergie en contactant les mauvais investisseurs. Soyez très consciencieux en faisant ce travail ou sollicitez l’aide d’un professionnel qui vous aidera à identifier les investisseurs les plus à même de rejoindre le tour de table.

Admettons que vous ayez mis vos affaires en ordre et que vous soyez prêt à transmettre votre deck aux investisseurs identifiés. Dans un scénario optimiste où vous n’auriez qu’à leur envoyer 2 ou 3 relances pour vous assurer que votre précieux deck a bien été réceptionné, il n’y a plus qu’à attendre un message de leur part demandant plus de précisions ou vous invitant à pitcher.

Soyons positif et passons à l’étape du « pitch ». Vos fameux investisseurs sont emballés par votre projet et veulent creuser dans les moindres recoins de votre société/produit/marché. Il est temps de dévoiler vos données.

Réunir vos données et les partager : la Data Room

Les connexions sont établies, les réseaux sont activés et l’investigation se poursuit. Préparez vos titres de propriétés intellectuelles, vos bilans financiers, votre tableau de capitalisation, etc. Soyez capable de les mettre rapidement à disposition d’une manière transparente et organisée, à la fois pour susciter la confiance et le professionnalisme, mais cela permettra également d'accélérer le processus de Due Diligence.

Ensuite, en fonction du montant de la levée et du nombre d’investisseurs impliqués, un chef de file se manifestera, des conseillers juridiques se joindront et les discussions avec l’ensemble des parties intéressées conduira – si tout se passe bien- à une Lettre d’Intention ou un Term Sheet, et enfin, à de l’argent sur votre compte en banque.

Le mot de la fin

Un fois qu’on a dit tout cela, vous imaginez-vous encore réaliser une levée de fonds en 30 jours ? Probablement pas. De notre propre expérience chez Angels Santé, plus la levée est importante, plus il y a de parties impliquées, plus long seront les délais. 

Notre conseil ? Bien que la levée de fonds soit loin d’être une science exacte, planifiez, anticipez, faites-vous accompagner et ajoutez 2 à 3 mois à votre calendrier initial. Enfin, l’argent est clé pour avancer et les projets de santé sont très capitalistiques. Ne soyez pas trop modeste dans votre besoin de trésorerie.

 

Caroline Saï

Directrice des Opérations